Erouvin 1 - Talmud Steinsaltz Agrandir l'image

Erouvin 1 - Talmud Steinsaltz

New product

42,75 € TTC

45,00 € TTC

Talmud Adin Steinsalt "Erouvin 1".

La traduction assistée et littérale du Talmud s'adresse tant aux néophytes qu'aux experts - et permet une compréhension aisée.

Plus de détails

Share :

ISBN 9782848282886
Auteur Adin Steinsaltz
Taille 24cm x 29,5cm

Le traité ’Erouvin

« Considérez que l’Eternel vous a gratifiés du Chabat ! C’est pourquoi, Il vous donne, au sixième jour, la provision de deux jours. Demeurez, chacun, sur place. Que personne ne sorte de son endroit le jour du Chabat » ( Ex.16,29 )

« Si tu cesses de fouler aux pieds le Chabat, de vaquer à tes affaires en ce jour qui M’est consacré, si tu appelles le Chabat délice et honores le [ jour ] saint de l’Eternel et si tu le respectes en t’abstenant de [ te livrer à ] tes occupations et d’en parler... » ( Isaïe 58,13 )

« Ne transportez pas de fardeau hors de vos maisons le jour du Chabat et ne faites aucun travail. Sanctifiez le Chabat, comme Je l’ai ordonné à vos pères » ( Jérémie 17,22 )

’Erouvin suit et complète le traité Chabat qui, comme son nom l’indique,

expose les lois relatives à ce jour, y compris les ordonnances rabbiniques liées à l’interdiction de transporter une charge d’un domaine à un autre. En effet, le repos sabbatique n’implique pas seulement l’interruption des travaux créatifs, mais aussi l’obligation de s’abstenir de tout transfert du domaine d’un particulier au domaine public ou vice versa, et de tout déplacement important au sein même du domaine public.

Par rapport à cet interdit, on distingue quatre domaines différents : le domaine privé, le domaine public, le domaine semi-public ( carmélit ) et le domaine d’exemption.

Tout endroit d’une superficie minimale de quatre palmes sur quatre et situé à dix palmes au-dessus ou au-dessous de ce qui l’entoure ou encore séparé du reste par une barrière de cette hauteur est considéré comme un domaine privé, même s’il s’agit d’une propriété publique. L’espace aérien d’un domaine privé a le même statut.

Tout endroit de seize coudées de large à l’usage d’un grand nombre de personnes — 600000 d’après certains — est un domaine public. Son espace aérien a le même statut seulement jusqu’à dix palmes au-dessus du sol.

A ces deux domaines d’origine biblique, les Sages ont ajouté le domaine semi-public et l’ont assimilé au domaine public. Ils ont conféré ce statut à tout endroit qui n’est guère fréquenté, mais pas suffisamment séparé de ce qui l’entoure pour être considéré comme un domaine privé.

Enfin, le lieu d’exemption est un endroit d’une superficie inférieure à quatre coudées sur quatre, ainsi que l’espace aérien d’un domaine public ou semi-public à partir de dix palmes au-dessus du sol.

Dès l’époque du premier Temple, les Sages ont jugé nécessaire de renforcer l’observance du Chabat par des restrictions supplémentaires. Ainsi, ils ont interdit de porter, ce jour-là, dans une cour ou une ruelle servant à plusieurs familles, bien qu’elle soit considérée comme un domaine privé d’après la Tora. En outre, ils ont limité pour chacun la distance qu’il a le droit de parcourir le Chabat en dehors de la ville.

Notre traité étudie les moyens légaux de résoudre les problèmes engendrés par ces nouveaux interdits. Il ne s’agit pas d’annuler les décrets rabbiniques, mais de marquer clairement la différence entre le domaine privé et le domaine public ou de trouver un procédé permettant de dépasser la limite sans remettre en cause les nouvelles lois imposées par les Sages.

Dans cette optique, il faut connaître la définition précise d’une paroi et d’une habitation,en recourant, le cas échéant, à certains concepts abstraits, révélés au mont Sinaï et transmis par une tradition orale. Selon ces principes, on peut, par exemple, prolonger virtuellement une paroi vers le haut ( goud assik ) ou vers le bas ( goud a’hit ). Elle sera réglementaire bien qu’elle n’apparaisse pas ainsi dans la réalité concrète.

De même, il est facile de définir le lieu de résidence d’une personne qui mange, dort et reste chez elle, dans sa maison, mais ce n’est pas le cas pour tout le monde. D’où la nécessité de savoir par quel moyen un individu peut être reconnu comme résidant à tel ou tel endroit. Ou encore, comment des voisins peuvent-ils s’associer pour être considérés comme habitant tous dans un même domaine ?

Editions BIBLIEUROPE

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

Erouvin 1 - Talmud Steinsaltz

Erouvin 1 - Talmud Steinsaltz

Talmud Adin Steinsalt "Erouvin 1".

La traduction assistée et littérale du Talmud s'adresse tant aux néophytes qu'aux experts - et permet une compréhension aisée.

30 autres produits dans la même catégorie :