Le Journal d’Ida Kahn Agrandir l'image

Le Journal d’Ida Kahn

New product

20,00 € TTC

« D’où vient que je ne puis me détacher de ces événements lointains et que mon émotion à les évoquer augmente avec le temps qui passe. »
Cette réflexion d’Henri Troyat répond sans doute à l’une des plus vives anxiétés de la seconde génération marquée du souvenir de la Shoah.
Parmi les documents de l’époque, figure le Journal, rédigé en allemand qui avait été tenu de février à octobre 1942...

Plus de détails

Share :

Auteur Ida Kahn
Pages 82
Taille 16,5 cm x 24 cm

« D’où vient que je ne puis me détacher de ces événements lointains et que mon émotion à les évoquer augmente avec le temps qui passe. »
Cette réflexion d’Henri Troyat répond sans doute à l’une des plus vives anxiétés de la seconde génération marquée du souvenir de la Shoah.
Parmi les documents de l’époque, figure le Journal, rédigé en allemand qui avait été tenu de février à octobre 1942, par Ida Kahn , notre Grand’mère, jusqu’à son arrestation et peu après, depuis Drancy, sa déportation vers Auschwitz.
Tout y est noté : circonstances de la vie quotidienne, ses routines mais aussi ses épreuves, visites aux membres internés de la famille, attente des êtres chers, envois de colis, inquiétudes de toutes sortes, et à plusieurs reprises réminiscences d’événements marquants, et le plus souvent traumatisants. Et puis, bien sûr, de façon récurrente et rampante, la peur et l’angoisse qui ne cesseront de s’amplifier au fil des semaines et des mois.
Bien qu’appartenant à la sphère privée, ce journal traduit en français, apporte le témoignage d’une tranche de vie tragique sans pareille, susceptible d’attirer l’attention des historiens de la Shoah, voire d’un public plus large.

Joë Friedemann, maître de conférences émérite à l’université Hébraïque de Jérusalem, s’est spécialisé notamment dans les domaines afférents à la « littérature de la Shoah », ainsi qu’à la thématique du rire et de l’humour dans le le texte littéraire.

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

Le Journal d’Ida Kahn

Le Journal d’Ida Kahn

« D’où vient que je ne puis me détacher de ces événements lointains et que mon émotion à les évoquer augmente avec le temps qui passe. »
Cette réflexion d’Henri Troyat répond sans doute à l’une des plus vives anxiétés de la seconde génération marquée du souvenir de la Shoah.
Parmi les documents de l’époque, figure le Journal, rédigé en allemand qui avait été tenu de février à octobre 1942...

20 autres produits dans la même catégorie :